Numéro
Rev. Phys. Appl. (Paris)
Volume 17, Numéro 8, août 1982
Page(s) 441 - 445
DOI https://doi.org/10.1051/rphysap:01982001708044100
Rev. Phys. Appl. (Paris) 17, 441-445 (1982)
DOI: 10.1051/rphysap:01982001708044100

La microanalyse du soufre par l'observation de réactions nucléaires

R. Caplain, D. David et G. Béranger

Université de Technologie, Département de Génie Mécanique, Division des Matériaux, B.P. 233, 60206 Compiègne, France


Abstract
The nuclear microanalysis, already used for the dosage of numerous light elements, has been applied to the isotope 32S research. This extension is justified by the essential role that sulfur takes frequently in corrosion mechanisms. The nuclear reaction 32S(d, p)33S provides us with seven peaks that can be observable, which can permit, in most cases, a precise and quantitative dosage. The differential cross sections for the peaks associated with the 7th and 32th excited states have been measured between about 1 100 keV and 1 450 keV, which permit us to choise the most appropriated bombardment energies for dosage of thick samples.


Résumé
La microanalyse nucléaire, déjà utilisée pour le dosage de nombreux éléments légers, a été appliquée à la recherche de l'isotope 32S. Cette extension est justifiée par le rôle essentiel que joue fréquemment le soufre dans les mécanismes de corrosion. La réaction nucléaire 32S(d, p)33S fournit sept pics, observables sur le spectre d'énergie des protons émis. Ces pics permettent d'effectuer, dans la plupart des cas, un dosage précis et quantitatif. Les sections efficaces différentielles des pics correspondant aux états excités 7 et 32 ont été mesurées de 1 100 keV à 1 450 keV environ, ce qui a permis de définir les énergies de bombardement les plus appropriées au dosage d'échantillons épais.

PACS
8280 - Chemical analysis and related physical methods of analysis.

Key words
chemical analysis by nuclear reactions and scattering -- sulphur -- nuclear microanalysis -- sup 32 S -- sup 32 S d, p sup 32 S -- differential cross sections